Blog

mother-of-pearl-tree-wall-hanging-8400-pNombreux sont les services permettant de se souvenir de ses pages favorites sur internet. J'utilise pour ma part les marque pages de firefox, son plugin read it later et Delicious dans une moindre mesure. D'une certaine manière, Twitter aussi peut aussi éventuellement remplir ce rôle et je l'utilise dans ma veille sur la musique en ligne. Malheureusement, il semblerait que la mémoire de Twitter ne soit pas infaillible, et même sans ça, il peut s'avérer assez rapidement difficile de retrouver un lien twitté quelques semaines auparavant.Un autre service en ligne dont j'ai déjà parlé ici, mais que je n'avais pas encore eu le temps de véritablement tester me semblait pouvoir remplir cet objectif: Pearltree.Pearltree est en réalité plus qu'un marque pages, c'est aussi une nouvelle manière, plus visuelle, d'organiser et de parcourir ses pages favorites sur internet. L'aspect social n'est pas oublié puisque on peut partager ses perles, ajouter celles des autres, suivre des Pearltrees, participer à des discussions sur une perle...Personnellement, j'ai donc créé et commencé à faire évoluer mon propre arbre dont une des branches est consacrée à la Musique en ligne:

top_50En cette fin d'année 2009, fin de décennie oblige, les classements musicaux en tous genres fleurissent sur la toile. Des tops en veux-tu, en voilà qui tentent, vainement le plus souvent, de répertorier les albums ou singles les plus importants des dix premières années 2000. Certains de ces classements peuvent néanmoins se révéler utiles pour découvrir des artistes qui nous auraient échappé. C'est la cas des albums de la décennie de Kill Me Sarah, d'une subjectivité totale mais assumée, et dont je ne connaissais pas le quart des albums cités.Pourtant, comme rappelé dans cet article de la presse canadienne, cette décennie restera orpheline d'un album la définissant comme ont pu l'être "Nevermind" dans les années 90 ou "Thriller" dans les années 80.